osmose

 

Tes mains sur la soie de ma peau lisse glissent et me serrent, j'enlace de mes jambes ton corps que j'adore, et c'est alors que tu m'abordes vraiment - capitaine au long cours de nos voyages les plus fous, vers des terres inconnues où nul jamais n'a foulé le sol vierge, là-bas brille un soleil éternellement d'or et de lumière, en tes yeux ses rayons me transpercent et j'ouvre un peu plus les accès, forcément...Tu m'excites et m'allumes et je provoque tes pires assauts, les outrages et les orages déferlent comme autant de perles précieuses mêlées aux lames acérées de notre amour, entre la douceur exquise de tes mains sur mes seins qui me rendent folle et l'exaspérante et tendre caresse de la pulpe de mes doigts sur ton gland, il y a le souffle du zéphir suivi par la tempête qui monte, enfle les voiles des vaisseaux lancés à toute vitesse.

Mon capitaine que faîtes-vous ?...

Sur mon ventre soudain l'écume jaillit en un torrent blanc et tiède, coule jusqu'au coeur de mon plaisir, et le râle de la bête me remplit et me comble de fierté et d'une joie sans pareille.

Heureusement que j'étais déjà venue sur tes doigts et dans ta bouche mon amour.